Accueil > Enseignements > Théories > Cultural Studies

Cultural Studies

mercredi 23 janvier 2008, par Vincent Rouzé

L’acte de naissance à proprement parler des "Cultural studies" date de la fondation du centre d’études doctorales de Birmingham (Centre of Contemporary Cultural Studies) en 1964 qui se donne pour objet : "les formes, les pratiques et les institutions culturelles et leurs rapports avec la société et le changement social".Ses principaux fondateurs sont Richard Hoggart, Stuart Hall, Raymond Williams, Edward P.Thompson.


Comme le rappelle Mattelart et Neveu dans leur introduction aux cultural studies, c’est avec la parution en 1957 de l’ouvrage de Richard Hoggart (La culture du pauvre, Minuit, 1970) qu’émerge une approche culturaliste de la communication. Cet ouvrage initie de nombreux travaux à la croisée d’un héritage multiple :

  • celui des analyses critiques d’obédience marxiste des membres de l’Ecole de Francfort tels que Adorno, Horkheimer ou encore Benjamin, et notamment l’analyse critique que ses auteurs développent au sujet de l’industrie culturelle. S’écartant des concepts d’aliénation et de disparition de l’aura esthétique des œuvres contaminées par les forces économiques, les chercheurs de Birmingham s’intéresseront eux aussi à l’industrie de la culture mais moins pour dénoncer leurs effets et leur perte de contenu esthétique que pour analyser et comprendre les relations qu’elles entretiennent avec les pratiques sociales et culturelles.
  • celui du philosophe italien Antonio GRAMSCI, disparu en 1937 dans les prisons italiennes fascistes. Leur intérêt se porte plus particulièrement sur le concept d’hégémonie. C’est à dire la possibilité pour un groupe social d’exercer son pouvoir intellectuel et moral sur l’ensemble d’un groupe ou de la société. Mais pour ce faire, ce groupe tisse des alliances avec d’autres. Il en résulte une domination économique et politique de ce petit groupe hégémonique. Penser le pouvoir en terme d’hégémonie permet d’approfondir la compréhension des arcanes d’un système social en se penchant plus particulièrement sur l’ importance des négociations, des compromis et des médiations qui marquent sa naissance et assurent sa pérennité.
  • l’intérêt pour une " microsociologie " héritée de l’école de Chicago et le développement de méthodes ethnologiques.

In fine, l’approche culturaliste questionne à la fois les instances de production d’un message et les contextes sociaux culturels de réception qui l’entourent.

Liens et Ressources

Bibliographie

  • CUSSET François , French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003.
  • HOGGART Richard , La culture du pauvre : étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, 1970 ; traduction de The Uses of Literacy : Aspects of Workin-Class Life with Special to Publications and Entertainments, 1957.
  • MATTELART Armand, NEVEU Eric, Introduction aux Cultural Studies, la découverte, paris, 2003
  • MATTELART Armand, NEVEU Eric, Les Cultural Studies, RÉSEAUX, N°80, CNET, Paris, 1996
  • MAIGRET Eric, Macé Eric, Penser les mediacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, A. Colin, 2005
  • THOMPSON Richard, The Making of the English Working Class, 1963.
Enregistrer au format PDF Enregistrer au format PDF

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Date: 25/05/2017
Heure locale :
Loadin' en cours...>